L'IVG : interruption volontaire de grossesse

IVG_interruption volontaire de grossesse_droit à l'avortement_IVG.gouv.fr

L’IVG, interruption volontaire de grossesse ou avortement, est légal en France depuis plus de 40 ans. C’est un droit pour toutes les femmes, majeures et mineures, quelle que soit votre nationalité, de pouvoir y recourir en cas de grossesse non désirée.

L'avortement, un droit pour toutes les femmes !

Depuis 1975 en France, vous avez accès au droit de mettre fin à une grossesse non désirée, que vous soyez majeure ou mineure, quelle que soit votre nationalité. L'IVG est un droit que le Planning familial et les réseaux associatifs continuent à défendre et à vouloir faire évoluer.

Où s'informer sur l'IVG ?  Pour gagner du temps, appelez directement le Planning familial qui vous guidera dans votre parcours. N° vert gratuit et anonyme 0 800 08 11 11  - Sexualités - Contraception - IVG.

Vous pouvez également vous faire accompagner par un centre de planification et d'éducation familiale (CPEF).

Les délais pour avorter

Les délais pour avorter dépendent de la méthode utilisée : 

  • l’IVG médicamenteuse est possible jusqu’à la fin de la 5ème semaine de grossesse, soit 7 semaines* après le début des dernières règles. Elle est pratiquée par un médecin généraliste, gynécologue ou une sage-femme. Elle peut être effectuée dans un établissement de santé ou à domicile. Elle ne nécessite ni anesthésie, ni intervention chirurgicale. 
  • Si l’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse est pratiquée dans un établissement de santé, ce délai peut s’étendre à 7 semaines de grossesse soit 9 semaines après le début des dernières règles. 
  • l'IVG chirurgicale ou avortement par aspiration : peut être réalisé(e) jusqu’à la fin de la 12ème semaine de grossesse, soit 14 semaines après le 1er jour des dernières règles. Elle n'est pratiquée qu'en établissement de santé par un médecin.

* Pendant le confinement lié à la crise Covid-19, le délai pour l'IVG médicamenteuse pratiquée hors hospitalisation et en lien avec un praticien libéral (médecin, gynécologue ou sage-femme en cabinet), est passé à 9 semaines d'aménorrhée contre 7 auparavant (aménorrhée ou absence de règles), ce qui correspond à 7 semaines de grossesse contre 5 semaines de grossesse avant le confinement. Certaines ou l’ensemble des consultations ont également pu être proposées à distance (téléconsultation).

Deux consultations médicales avec un médecin ou une sage-femme sont proposés avant l'IVG. Une consultation psycho-sociale est obligatoire si vous êtes mineure (et proposée si vous êtes majeure) : elle se déroule auprès d'une conseillère familiale ou d'un(e) assistant(e) social(e), dans un centre de planification et d’éducation familiale (CPEF), dans une association d’information, de consultation ou de conseil familial tel que le Planning familial.

IVG : parcours de soins remboursé

Depuis le 1er avril 2016, tous les soins liés à l’IVG sont remboursés :

  • consultations,
  • examens biologiques,
  • échographies,
  • contrôle pré et post IVG.

Le coût de l'IVG est pris en charge à 100% et si vous êtes mineure, aucune avance de frais ne doit vous être demandée.

IVG si vous êtes mineure : autorisation parentale ?

Si vous êtes mineure, l'IVG peut être pratiquée avec ou sans l'autorisation de vos responsables légaux. Renseignez-vous auprès d'un médecin ou d'une sage-femme. Vous pouvez néanmoins vous faire accompagner par une personne majeure de votre choix.

Plus d'infos

Actualisé 21 juin 2021

Tous les évènements

Dispositifs liés