Tricher à un examen : les conséquences

Conséquences fraude_triche_examen

Tricher à un examen est considéré comme une fraude et suivi de sanctions administratives ou pénales selon le cas. Alors, évitez de prendre des risques qui vous empêcheraient de (re)passer tout examen de l'Éducation nationale avant cinq ans !

Qu’est-ce qu’une fraude à un examen ?

Voici quelques exemples de fraudes pendant les examens, qui peuvent entraîner des sanctions :

  • vous faire remplacer par une autre personne lors d'une épreuve,
  • utiliser un appareil permettant d'échanger ou de consulter des informations (smartphone par 
  • exemple),
  • utiliser un appareil permettant l'écoute de fichiers audio,
  • communiquer avec d'autres candidats pendant l'épreuve,
  • utiliser une calculatrice sans que cette utilisation soit indiquée dans le sujet,
  • utiliser du papier ou des documents autres que ceux fournis par l'administration,
  • recopier un texte entier sans citer la source (plagiat).

Quelques conseils pour un bon déroulement de l’examen

Respectez les horaires indiqués sur votre convocation ; munissez-vous d’une pièce d’identité en cours de validité et de votre convocation. Vous ne pourrez être admis(e) dans la salle d’examen après l’ouverture des sujets. Contentez-vous d’amener uniquement le matériel autorisé précisé sur votre convocation.
Vous ne pouvez quitter la salle d’examen dans la 1ère heure ; ensuite, c’est avec l’autorisation du surveillant de salle que vous pouvez vous absenter temporairement, en laissant votre copie (cela ne vous octroie pas de temps supplémentaire).

…et puis, pour une préparation optimale à vos examens : révisions bien réparties, faites-vous par exemple un rétro-planning. (Petit) déjeuner suffisant, selon vos habitudes. Du sport, des balades, de la musique…bref, s’aérer la tête ! 

Fraude à un examen : les sanctions et les conséquences

Le risque n'en vaut vraiment pas la chandelle ! Entre ce que vous risquez à tricher et être pris en falgrant délit et les conséquences sur lexamen lui-même ! Même si vous vous sentez peu préparé(e) à passer un examen, évitez de tricher et dites-vous plutôt que vous pourrez toujours le repasser dans de meilleurs conditions !

Fraude examen : sanctions administratives...

En cas de flagrant délit de fraude ou tentative de fraude, c’est le surveillant de salle qui la fait cesser.

Le/la candidate peut néanmoins poursuivre l'épreuve, mais le surveillant de salle saisit les pièces ou matériels qui permettront d'établir ultérieurement la réalité des faits (smartphone, document papiers...). Il rédige un procès-verbal, signé par le ou les autres surveillants et le ou les auteurs des faits, qui est ensuite transmis au recteur.

Dans certains cas, par exemple substitution de personne ou candidat qui perturbe l'épreuve, c’est le chef de centre d’examen qui peut décider de votre expulsion immédiate.

Une commission de discipline est alors saisie.

Sachez que jusqu'à la décision de la commission, vous ne pourrez ni obtenir les résultats de votre examen, ni vous inscrire dans un établissement public d'enseignement supérieur si c'est une fraude pendant le baccalauréat.
Durant l'instruction de votre dossier, vous pouvez néanmoins continuer à vous présenter aux autres épreuves.

Vous êtes convoqué(e) à la commission académique de discipline qui peut décider, selon les cas :

  • d'un blâme,
  • de la privation de toute mention au diplôme,
  • de l'interdiction de participer à tout examen de l'Éducation nationale pendant 5 ans au maximum (bac ou post-bac),
  • de l'interdiction de s'inscrire dans un établissement public du supérieur pendant 5 ans au maximum.

La sanction s'accompagne de l'annulation de l'épreuve pendant laquelle s'est déroulée la fraude pour le candidat (la note sera alors de 0).
Selon les cas, la commission peut aussi prononcer la nullité de votre examen.

Toute sanction peut être inscrite au livret scolaire.

... et sanction pénale !

La fraude constituant un délit, elle peut vous faire encourir, ainsi qu’à vos complices, une sanction pénale, à savoir une amende de 9 000 € et/ou un emprisonnement de 3 ans.

Création 23 avril 2018

Photo libre

 

 

 

Tous les évènements