Faire reconnaître son expérience à l’étranger

Un séjour à l'étranger est un enrichissement personnel et professionnel. Afin de démontrer et d'expliquer ce que cette expérience vous a apporté, voici quelques conseils et outils pour vous aider à la valoriser.

Faites le bilan de votre expérience à l’international

Au préalable, faites le point pour présenter votre expérience à l’étranger comme une plus-value dans votre projet professionnel, en expliquant pourquoi vous avez fait le choix de partir et de choisir ce projet, et non pas comme une parenthèse dans votre parcours.

Ensuite, identifiez les compétences, les qualités (adaptation, autonomie, ouverture d’esprit, etc.) et les savoir-faire extra-professionnels (organiser un voyage à l’étranger, trouver un job sur place, etc.) que vous avez développé lors de cette expérience. Ayez aussi en tête que les compétences interculturelles, personnelles, communicatives et linguistiques acquises pendant votre séjour à l’étranger ne doivent jamais être sous-estimées.

Certaines associations proposent des formations ou temps d’accompagnement au retour pour les personnes ayant réalisé un volontariat à l’international : Maisons des Citoyens du Monde, France volontaires, Institut de l’engagement, etc.

Formalisez vos acquis développés à l’étranger

Au retour d’une expérience à l’étranger, il peut parfois être difficile de mettre des mots sur ce que l’on a vécu. Si vous souhaitez concrétiser votre projet professionnel et avoir une vision plus globale de vos expériences, vous pouvez réaliser un bilan de compétences ou bien une Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) si vous avez au moins 1 an d’expérience.

Pour présenter vos compétences et qualifications, vous pouvez également utiliser les outils Europass qui vous aident à constituer un CV international ainsi qu’à évaluer vos niveaux en langues. Certains documents Europass sont également délivrés par des structures d’enseignement et de formation : ils permettent d’attester de compétences acquises pour un stage, une formation professionnelle ou universitaire en Europe. Ces outils sont reconnus et communs aux pays européens ! Et si vous avez réalisé des études à l’étranger, vous pouvez faire reconnaître vos diplômes en demandant une équivalence au Centre Enic-Naric.

Si vous avez réalisé un Service Volontaire Européen (désormais appelé Volontariat du Corps Européen de Solidarité), vous pouvez rendre compte de votre apprentissage non-formelle dans un outil de reconnaissance européen, le Youthpass. Outil d’aide à la réflexion au retour, il est également utile pour vos futures candidatures auprès d’une structure ou d’une école.

La carte professionnelle européenne (EPC) permet de faire reconnaître des qualifications professionnelles dans un autre pays de l'Union Européenne. Pour l’instant, elle ne concerne que quelques professions (infirmiers, kinésithérapeutes, pharmaciens, guides, de montagne et agents immobiliers).

Donnez-vous de la visibilité après une expérience de mobilité !

Pour entretenir le lien et enrichir votre vécu à l’étranger, vous pouvez entretenir votre réseau personnel et professionnel pendant votre expatriation, mais aussi au retour. Il existe également des réseaux de personnes ayant réalisé une expérience à l’étranger : Erasmus student network, réseau Involve (pour les anciens volontaires SVE), réseau d’anciens France Volontaires, UFE, etc.

Et pour poursuivre l’engagement et faire reconnaître cette expérience, n’hésitez pas à rendre compte de ce que vous avez fait sur place par des témoignages, une exposition photo, une projection, une conférence-débat, la valorisation de votre blog de voyage, etc.

Crédits photo : CC0 / pixabay.com / nrthaele

Actualisé février 2019

Tous les évènements

Dispositifs liés

Tous les évènements