Les Infections Sexuellement Transmissibles - IST

IST ©iStock.com/anyaberkut

Vous avez eu un rapport sexuel non protégé et vous craignez d'avoir contracté une Infection Sexuellement Transmissible (IST ) ?  Un dépistage effectué le plus tôt possible peut vous permettre d'accéder à un traitement précoce et plus rapidement efficace. Mais, rien ne vaut la prévention !

La contamination par une IST

Hépatite B, herpès génital, papillomavirus, syphillis, VIH-Sida ... quelques noms pour certaines infections sexuellement transmissibles.

Au départ, il faut un organisme infecté. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que si les partenaires sont certains de n’être porteurs d’aucune IST, il n’y a pas de risque de transmission. On « n’attrape » pas une IST comme on attrape un rhume. Mais, mieux vaut toutefois utiliser les préservatifs, surtout pour un/une partenaire que l'on ne connait pas.

Ensuite, pour qu’il y ait transmission (ou contamination, les termes sont équivalents), il faut une porte de sortie de l’organisme infecté, et une porte d’entrée dans l’organisme sain. Ainsi un simple regard ne peut pas entraîner de contamination !" (Fil santé jeunes)

  • la porte de sortie peut être l’organe sexuel féminin ou masculin (muqueuses vaginales, anales), une plaie profonde, les veines, les seins allaitants (pour le VIH), les mains, la bouche. 
  • la porte d’entrée peut être… les mêmes sauf pour les seins allaitants : ce sera l’appareil digestif du bébé.

Entre les deux il va falloir des « vecteurs de transmission », c’est-à-dire des liquides permettant le transport des virus, bactéries, microbes, parasites, mycoses… Ces fluides ce sont les sécrétions vaginales, le sperme, le liquide pré-séminal, le lait maternel, le sang, la salive (pour l’herpès par exemple).

Prévention et dépistage des IST : des professionnels à votre écoute

La 1ère prévention de toutes les IST est possible grâce à L’UTILISATION de PRESERVATIFS masculins ou féminins et (ou) en évitant certaines pratiques sexuelles à risques.

Sans protection, le risque pour le/la ou les partenaires sexuels d’être contaminé ou de contaminer quelqu’un lors de rapports sexuels est plus élevé.  Le préservatif, féminin et masculin, préserve de tout, sauf du ridicule disait une campagne de prévention il y a quelques années !

Le dépistage : à effectuer le plus tôt possible après un rapport non protégé. Des associations et des organismes vous accueillent, anonymement et la plupart du temps gratuitement. Vous pouvez également vous adresser à votre médecin traitant. Dans tous les cas, s'il y a doute ou suspicion, essayez de ne pas rester seul et de contacter des professionnels.

Des autotests VIH seront disponibles à partir du 15 Septembre prochain. Leur objectif : permettre de vous dépister seul dans un premier temps, après une prise de risques lors d’un rapport sexuel. 

Des lieux et sites d'information, d'accueil et de soins

Plus d'infos

A titre d'info complémentaire, voir aussi l'article sur La contraception (attention, la contraception n'est pas un moyen de prévention des IST, mais regroupe les méthodes pour organiser sa vie sexuelle et affective sans la perspective d'une grossesse).

Crédits photo : ©iStock.com/anyaberkut

Tous les évènements

Dispositifs liés